Un blocus tout en douceur

Si la saison des apéros est officiellement ouverte et que la météo nous donne l’impression d’être en vacances, tous les étudiants belges s’accorderont à dire que l’on entre également dans la période éprouvante et interminable du blocus. Pour mes lecteurs français, je tiens à préciser qu’un blocus en Belgique, ce n’est pas seulement un terme militaire exprimant la fin de toute communication ou de tout ravitaillement (presque) mais le nom donné à la période de « congé » offerte aux étudiants avant le début des examens pour qu’ils puissent s’y préparer et étudier. Le principe est un peu le même qu’un véritable blocus : les étudiants restent chez eux H24, se nourrissent de conserves et tentent de rester le plus éloigné possible des réseaux sociaux et de leur GSM (euh pardon, portable).

C’est une période HORRIBLE. Quand les adultes et tes potes qui n’ont pas d’examens ou qui ont déjà terminé leurs études passent leurs journées à profiter du beau temps, faire griller des saucisses sur le barbecue ou trinquer à 18 h sur la terrasse, toi, tu t’arraches les cheveux au-dessus de ton cours, en pyjama depuis le matin, avec les cadavres de tes repas empilés sur ton bureau (ne mentez pas, on laisse tous traîner nos assiettes sous prétexte qu’on a pas le temps !). Joie et bonheur, cette année je suis dispensée de blocus ! Je suis en dernière année de Master et mes derniers examens étaient en janvier. Pour le moment, je dédie donc mes journées à la rédaction de mon mémoire (pas plus réjouissant, voyez-vous) et à mon bébé-blog.

J’ai donc décidé de rédiger un petit article pour vous soutenir dans vos révisions et vous aider à maintenir le cap.  Sans aucune vantardise, j’ai toujours bien géré ces périodes de blocus grâce à quelques petits trucs découverts au fil des sessions. Je vous les livre donc en espérant qu’ils marchent pour vous aussi.

Etape 1 : OR-GA-NI-SA-TION

C’est l’étape la plus importante. Logiquement, il vaut mieux vous y prendre fin avril ou le plus tôt possible mais rien n’est perdu.  Je commence par dessiner ou imprimer un calendrier (en format paysage et avec des grandes cases pour pouvoir y écrire) pour le mois de mai et de juin. Ensuite, je regarde mon horaire d’examens en comparant les « gros » et les « moins gros ». Généralement,  je commence par l’examen le plus éloigné mais bien sur ça dépend des matières.   Je me façonne un emploi du temps en fonction de mes examens.

Je vérifie ensuite que mes cours sont complets (ou plus ou moins complets) et bien rangés. Bien souvent, je passais mon mois d’avril à taper des résumés de mes cours que je classe au tout début. Je fais aussi souvent une table des matières succincte qui m’aide à avoir un plan du cours et à m’y situer plus rapidement. J’étudie toujours cette table, vous verrez pourquoi plus bas.

Je range un peu mon bureau et je prépare un arsenal de post-its et de fluos. Votre bureau doit être dégagé pour que vous puissiez vous concentrer parce qu’en blocus, TOUT peut vous distraire. Enfin, je colle deux ou trois post-its avec des citations pour m’aider à rester motivée. C’est tout bête mais lever les yeux de son cours, à bout de nerfs, et lire des messages encourageants sur son mur ça peut faire la différence. C’es messages doivent être personnels: ça ne va rien changer de lire « you go girl ! » sur votre mur, à part vous donner le sourire au lèvres deux minutes, par contre, si vous avez la haine contre un prof ou que vous voulez absooooolument réussir votre année pour pouvoir aller en Erasmus ou parce que vous voulez vous prouver quelque chose ou prouver quelque chose à un garçon ou à vos parents (vraiment,  toutes les raisons sont bonnes à prendre), ça marchera. L’idée est que ça doit venir de vos tripes 🙂 En deuxième, je devais absolument réussir en première session pour pouvoir partir au Danemark en Erasmus (l’année commençait en août là bas) et j’avais placardé des post-its avec le  drapeau danois ou « pense au DK ! » noté dessus et ça marchait du tonnerre.

Etape 2 : Connaitre son rythme et sa manière de travailler

Nous sommes tous très différents et c’est ce qui fait notre richesse. En blocus, il n’y a pas qu’une seule bonne manière de travailler, il en existe des tonnes. Le tout est de trouver la manière qui VOUS convient. Certains, comme mon amoureux, ont besoin de marcher pour fixer la matière, d’autres préfèrent écrire. Personnellement, ma méthode consiste en un gros mix de tout mais qui marche assez bien vu que j’ai toujours réussi sans encombres : avant toute chose, je lis mon cours en entier (de préférence avant le blocus hein, qu’on se le dise) pour le comprendre.  Je ne retiens rien si je ne comprends pas  et ça me rend nerveuse le jour de l’examen. Une fois la matière comprise, je suis capable de « broder »  dessus le jour de l’examen et c’est particulièrement pratique pour des parties du cours moins importantes sur lesquelles je n’ai pas envie de mon concentrer pendant le blocus. Pendant ce blocus, j’étudie mon cours en écrivant. Oui, ça prend du temps mais c’est la seule façon qui marche pour moi pour fixer « longtemps » (qq semaines) la matière. En fin de journée, je prends ma table des matières et dans ma tête, ou même en parlant parfois, je raconte ce que je sais dessus. Enfin, la veille de l’examen je relis tout mon résumé, je refais la même chose avec la table des matières mais en me concentrant sur les parties les plus susceptibles de tomber à l’examen et qui m’ont le plus posé problème et puis (attention c’est là que ça devient bizarre) je descends dans la salle à manger et je tourne autour de la table en répétant à voix basse.

Au niveau du rythme maintenant, là aussi nous avons tous un rythme différent.  Personnellement, je suis plus productive le matin. Je me lève donc assez tôt, style 7 h, pour bosser.  J’ai un coup de mou après le repas de midi et entre 15 h et 16 h et après je suis à nouveau très productive. Je ne travaille pas après 20 h sauf si je suis vraiment dans la ******. Je n’ai jamais passé de nuit blanche pour un examen et je vais toujours me coucher à 22 h, quitte à me lever plus tôt le lendemain ou le jour de l’examen. J’ai vraiment besoin  d’être reposée le jour J pour être d’attaque. Si je ne dors pas assez, ça se répercutera sur mes points et ce même si je connais bien ma matière.

Ce n’est pas lors de votre premier blocus que vous allez comprendre votre rythme. Malheureusement, soit ça passe soit ça casse. Mais le blocus de juin est déjà votre deuxième expérience de blocus si vous êtes en première année. Posez-vous dès lors les bonnes questions : comment s’est déroulé votre blocus de Noël ? Et la session ? Étiez-vous en forme ou trop fatigué ? Comment avez-vous étudié la matière ? Avez-vous su garder le cap ou étiez-vous trop débordé ? C’est à partir de ces réponses que vous allez pouvoir calquer votre méthodologie de travail.

Etape 3 : adopter un mode de vie sain

C’est une étape plus primordiale qu’on ne le pense. Elle va influencer vos humeurs, votre attitude face au travail, votre état de bien-être général.  Mon premier conseil est de manger sainement. Oui, c’est pas tous les jours facile, surtout quand on ne vit plus chez papa-maman (je n’ai jamais kotté donc ça a probablement joué)  mais ne négligez pas votre alimentation. Essayez de manger des légumes et de remplacer les biscuits et les chips par des fruits ou des fruits secs. Si vous kottez vous pouvez demander à votre maman de préparer des plats à mettre au congelo pour les soirs d’étude, par exemple. Vous pouvez aussi vous cuire un œuf, ça va vite et avec un avocat c’est super bon  !  Je vous conseille aussi de bien dormir : avec un cerveau reposé, vous allez emmagasiner davantage de matière. C’est pas moi qui le dit, c’est la science (haha ! ). Enfin, si vous faites du sport n’abandonnez pas toutes vos activités sportives du jour au lendemain. Premièrement parce que vous en avez besoin et que ça vous rendra malheureux mais aussi parce que ça peut vous redonner de l’énergie. N’étant absolument pas sportive, je ne pourrais pas vous en dire davantage sur les bienfaits du sport en blocus mais je sais que mon copain en a vraiment besoin pour le moral.  Enfin, il importe que vos proches soient derrière vous pour vous soutenir parce que ce n’est pas rose tous les jours et que le stress peut vous tuer les nerfs. Ma maman me rapporte souvent des petites attentions comme des macarons ou autres et même parfois des petits cadeaux pour que je garde le moral.

Etape 4 : éloigner toute tentation

Cachez ce smartphone que je ne saurais voir ! non, je rigole. Je suis accro à mon téléphone et à Instagram et je sais que ça nuit à ma productivité, non seulement en blocus mais toute l’année en règle générale (oups!). Du coup, en blocus il importe de se distancier de toute cette technologie et de s’octroyer des pauses régulières où l’on peut consulter ses applications favorites. Il ne faut pas se leurrer, la technologie est fort utile en blocus : facebook est toujours bondé quand il s’agit de poster des questions sur un examen dans un groupe, de demander l’aide des autres, et c’est souvent fort utile quand on ne comprend pas  un point du cours ou qu’il nous manque une page…  Personnellement, je ne bannis pas mon téléphone en période d’examens mais je limite son utilisation. Quand je sais que je dois absolument avancer, je le laisse dans ma chambre , loin de moi, ou alors je coupe le wifi ou je le mets carrément en mode avion (ça, c’est dans les cas extrêmes !)

Accordez-vous des pauses sur votre téléphone mais restez sérieuses. Comme pour tout, le maître mot est modération !

J’espère que vos examens se passeront bien ! 🙂

Love,

Ju ♥

Rendez-vous sur Hellocoton !

Une réflexion au sujet de « Un blocus tout en douceur »

  1. Wow ! Sympa petit article ! Je compte appliquer tes conseils au prochain blocus ! Perso, je suis étudiante en droit et j’espère être en bac 2 l’année pro’ et rapidement être envie blocus ! Et tout comme toi je suis productive le matin mais après 12h : la cata’ et après 20h ce n’est plus possible. Par contre j’ai la mauvaise habitude de dormir tard, trop tard… Je te souhaite le meilleur me pour la suite, des bisoussss !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s