Shine bright

Shine.png

C’est sur la plage de Leffrinckoucke, à quelques kilomètres de la frontière belge, que je vous retrouve pour ce look. J’ai choisi un endroit particulier, pour ne pas dire hors du commun, pour joindre art et réflexion à un post a priori superficiel. J’essayerai, tant que l’occasion s’y prête, de shooter davantage de looks dans des lieux un peu plus particuliers pour pouvoir aborder des thèmes qui me sont chers (ici : l’art) et, j’espère, vous faire réfléchir.

Je vous retrouve pour un look de tous les jours, simple et efficace.

 shine_bright_02shine_bright_04shine_bright_05shine_bright_07shine_bright_08shine_bright_09shine_bright_06shine_bright_10shine_bright_11shine_bright_12

pourquoi-_bis

Pourquoi un bunker et pourquoi ces miroirs ?

shine_bright_13

Une démarche artistique, historique et politique selon l’artiste Anonyme (c’est son pseudo). L’idée part tout d’abord de l’envie de créer du beau, de voir les gens s’approprier un endroit autrefois délaissé. L’artiste a trouvé l’inspiration nécessaire à son travail dans son enfance et les longues heures passées sur la plage de Leffrinckoucke. Comme l’explique l’artiste, cette démarche artistique s’inscrit dans la tradition du Land Art : une forme d’art contemporain qui consiste à utiliser la nature et ses éléments (eau, bois, terre, pierres, …) pour en faire une œuvre d’art. Comme le cite si bien Wikipédia (oui, j’assume mes sources), les artistes qui s’associent à ce courant souhaitent s’éloigner des musées pour faire de leur art une véritable expérience dans le monde réel. Anonyme semble apprécier mêler histoire, art et nature et mélange ces trois domaines à merveille avec ce blockhaus scintillant. Et le choix d’un blockhaus, comme il l’explique, n’est pas anodin. L’auteur voulait opposer les années trente à notre propre époque, comparer la montée du fascisme avec l’arrivée de la crise.

« Le miroir évoque des problèmes essentiels : celui de notre propre identité et celui des caractères de la réalité. Il peut être source d’illusions mais aussi de prise de conscience. Il est un opérateur d’échanges entre le spectateur et son environnement.»

Arrivée devant le blockhaus, un panneau nous informe du sens que revêt l’œuvre de l’auteur : « Il démontre la possibilité d’une victoire de l’imagination et de la création sur la destruction

Du beau donc, certes, mais pas que.

Veste : Stradivarius
Jeans : Zara
Blouse : Le Comptoir des Copines
Espadrilles : Riani
Sac : Vintage
Lunettes : sans marque

Love, Ju ♥

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s