SURVIVRE A L’ENVERS DU DECOR INSTAGRAM

Suis-je taillée pour survivre à la dure réalité d’instagram ? C’est la question que je me pose régulièrement depuis plusieurs mois maintenant. Si ma passion pour la mode, la création de contenu et la photographie ne fait que s’accroitre de jour en jour, j’ai de plus en plus de mal avec l’évolution d’instagram ainsi que certains aspects de la blogosphère. Je m’explique :

Stagnation

STAGNATION

Depuis plusieurs mois, nous avons tous constaté à quel point instagram avait changé. Alors que je fournis un travail titanesque pour vous proposer des looks toutes les semaines et pour vos partager des photos originales et de qualité à un rythme aussi stable que possible (minimum une fois par jour !), le retour n’est plus le même qu’autrefois. Certains comprendront certainement mal mon message et penseront que je suis « avide de likes » ou d’abonnés. Soit. C’est totalement faux mais je sais que lorsqu’une idée se loge dans la tête de certains, c’est difficile de la déloger – même avec la vérité.
Toutefois, aujourd’hui, je m’adresse à ceux qui pensent un peu plus loin. Le premier message que je veux transmettre, c’est ma lassitude. Bien que je sois passionnée à 1000% par cette aventure, depuis que certains changements ont été mis en place, c’est difficile de ressentir le sentiment gratifiant que j’éprouvais au tout début d’Instragram. Comprenez-moi, je passe plusieurs heures par jour à shooter, retoucher, écrire. Et pour un engagement deux fois moindre qu’avant. Même si je suis aux anges de pouvoir toucher mes abonnés fidèles, il y a un goût amer à la stagnation. C’est difficile de voir que malgré tout le travail investi, l’évolution est lente. Avant, je gagnais des centaines d’abonnés par mois. C’était grisant. Motivant. Voir que des gens adhéraient à ma pensée, aimaient mes photos. Cela me donnait envie de donner tout ce que j’avais pour vous. Pour toucher encore plus de monde. Depuis la mise en place des nouveaux algorithmes, mon compte attire peut-être une petite cinquantaine d’abonnés par mois. Un nombre ridicule par rapport à mes performances d’autrefois. Et pourtant, comme mon compte a évolué ! Je sais que les photos que je propose sont d’une qualité supérieure, que mes articles sur le blog sont de plus en plus lus (d’ailleurs, MERCI !) et je sais que malgré cette baisse de visibilité et d’engagement, je vais continuer à faire ce que j’ai toujours fait. Pour moi, tout d’abord, et pour ceux qui me suivent depuis longtemps et me sont fidèles. S’il n’y avait que ce problème de visibilité et d’engagement, ce serait facile de « survivre » à Instagram. Cependant, ce n’est pas la seule chose qui me mine le moral en ce moment, c’est même la moins importante. Non, ce qui démoralise vraiment, c’est l’envers du décor.

La blogosphère… ou plutôt le jardin d’enfants

FRIEND

Paradoxalement, alors que je peine à évoluer, je reçois de plus en plus d’invitations à des événements, ou de plus en plus de très chouettes collaborations. Je suppose que les marques, pour la plupart, ne se font pas berner et accordent encore du crédit à ceux qui travaillent vraiment (*sing hallelujah*). Mon blog, qui a désormais un an et demi, commence à bien se développer et je suis donc invitée à certains événements pour en faire la promotion sur mes réseaux. Toutefois, lors de ces soirées, je ne me sens jamais à ma place. Pourquoi ? Car ces soirées sont l’endroit idéal pour se rendre compte de toutes les jalousies et gamineries qui sévissent actuellement dans la blogosphère et sur instagram.

Il y a les blogueurs qui tâclent les influenceurs. Il y a les influenceurs qui tâclent d’autres influenceurs. Il y a les ragôts qui se propagent plus vite que l’éclair. Les commérages. Les coups bas. Tu sais que celle-là elle achète ? Tu vois celui-là ? Eh bien ce sont ses parents qui lui payent absolument tout. Oh, de toute façon, celle-là son compte c’est que des sponsos. Je ne dis pas que je ne comprends pas d’où vient cette atmosphère malsaine (et je ne dis pas que parfois je ne laisse pas dire et donc que je contribue malheureusement pas à cette situation, je sais que parfois c’est le cas). Je sais d’où elle vient. Tellement de monde essaie de se lancer maintenant que lorsque l’on passe de l’autre côté, dans le côté VIP, on se rend compte que tout n’est que compétition. Compétition. Je déteste ce mot. Je l’ai toujours détesté car je n’y ai jamais excellé. Comment avons-nous réussi à faire de réseaux basés sur le partage une espèce de foire à la critique ? Une sorte de course à qui aura le plus d’abonnés et le plus vite ?
Mon problème, c’est que je déteste le drame. Je hais les problèmes. Bonjour, Justine, enchantée, appelez-moi la Suisse, j’aimerais rester en dehors de tout cela merci ! J’imaginais un monde rose où les gens créatifs échangeraient leurs idées autour d’un verre, partageraients les mêmes centres d’intérêts et auraient une mentalité plus ou moins similaire. C’était sans compter sur cette compétition qui fait rage. Il y a des clans. Des gens qui s’aiment et des gens qui se détestent. Des gens qui refusent de s’adresser la parole. Et puis il y a moi, qui ne comprend pas.

Je ne comprends pas parce que cette aventure pourrait être si belle ! Nous pourrions tous échanger, apprendre à nous connaître et faire évoluer la blogosphère belge ensemble ! Mais non. On est rarement doux avec les nouveaux venus, on est également rarement tendres avec ceux qui soudainement nous dépassent, on est rarement compréhensifs envers ceux qui travaillent mais ne décollent pas. Et moi, je ne comprends pas. L’enfer semble vraiment être les autres une fois qu’on fait partie de l’autre côté. On nous parle pour dire du mal d’un tel, puis pour prendre la défense un autre, pour casser du sucre sur x…. Je me sens tiraillée dans ce monde. J’ai l’impression qu’on tire sur mes membres pour me faire entrer d’un moule, pour me convaincre que X achète et que je ne devrais pas trainer avec, pour me conseiller de ne pas devenir amie avec Y, pour me convaincre de plutôt trainer avec Z, car c’est mieux pour moi.
Je suis de nature pacifiste. Je n’aime pas ça. Je souhaiterais être amie avec tout le monde, pouvoir partager sans gaminerie aucune, comme je pensais le faire à la base. Alors, je ne dis rien. Quand on me tend une rumeur, je réponds : ah bon ?, ah je ne savais pas. C’est dommage ! Mais qu’on se le dise, si je m’entends avec quelqu’un je ne vais pas soudainement changer d’attitude vis-à-vis d’elle et devenir hostile parce qu’on m’a raconté une rumeur ou un ragot. La plupart du temps, je suis incapable de savoir si c’est fondé ou non. Et même si bien souvent il y a un petit peu de vérité dans les rumeurs, je ne veux pas entretenir ce genre de comportement. Je ne veux pas y croire parce qu’y croire, ce serait l’encourager. Je ne veux pas les lancer parce que c’est contre mes valeurs et par conséquent je préfère rester en dehors des drames et des histories. Avant toute chose, je veux rester fidèle à moi-même. Instagram est un monde si hypocrite et superficiel que si l’on oublie d’être fidèle à soi-même, il est facile de se perdre.
Alors, j’écoute et j’apprends à passer au-dessus. Au début, j’étais vraiment très très très triste de voir à quel point le blogosphère pouvait se montrer hostile envers ses membres. Et puis j’ai réfléchi. Je me suis dit, Justine, ne gaspille pas ton énergie là-dedans. Cela n’en vaut pas la peine.

HYPOCRISIEJ’aime tellement ce monde, je ne veux pas me faire d’ennemis. Je veux apprendre à connaitre les gens et construire de vraies amitiés, comme avec Camille. Je ne veux pas que des chiffres et des statistiques viennent compliquer la chose. Si je t’aime bien, alors je t’aime bien, tant pis si tu achètes tes abonnés. C’est nul mais c’est ton problème. Restons amis. J’aimerais que tout le monde puisse faire preuve d’un peu de maturité. Qu’on puisse compter les unes sur les autres plutôt que de se descendre. J’aimerais que lors de ces évents bloggings, on ne parle pas uniquement entre blogueurs et influenceurs mais avant toute chose entre humains et qui sait, par la suite, entre amis ! Je ne veux plus me retrouver à une soirée et entendre des ragots pendant des heures, ça m’épuise. Ce genre d’endroit est tellement idéal pour passer un bon moment et apprendre à se connaitre, pourquoi tout gâcher ?

Donc voilà, un jour, si par hasard vous me voyez à une soirée, restez-vous même. Sachez que si vous me faites part d’un ragôt, je ne vais rien faire avec. Dans la plupart des cas (sauf si c’est genre HYPER grave ou dégueulasse), je ne vais pas tourner le dos aux gens qui sont à l’origine du ragôt, ni aux gens qui sont victimes du ragôt parce que dans la plupart des cas tout vient de la jalousie. Je refuse le conflit.  Apprenons à nous remettre en question, à nous connaître et surtout à être plus ouvertes les unes envers les autres ! Je suis persuadée qu’il y a beaucoup plus de choses à apprendre et à retenir de relations saines et positives, que de la compétition et de la jalousie. Alors oui, ce n’est pas simple de ne pas être jaloux. C’est même normal, la jalousie. Mais ayons un peu de bon sens et, dans la mesure du possible, laissons nos griefs au placard. Peut-être qu’ainsi, un jour, on arrivera à créer une blogosphère unie et créative – et croyez moi, ce sera tout bénef pour nos abonnées !

Love,

cropped-banniee295a0c3a7re-justine-final-3oodpi-cmjn

Rendez-vous sur Hellocoton !

Suivez-moi sur Hellocoton

Retrouvez superagentju sur Hellocoton

Follow me on Hellocoton ♥

3 réflexions au sujet de « SURVIVRE A L’ENVERS DU DECOR INSTAGRAM »

  1. J’ai adoré lire cette article. Tu m’as montrée une face cachée d’instagram, mais aussi de la blogosphère. Ma communauté étant vraiment très petite, je n’assiste à aucun événement ou quoi que ce soit du genre, donc avant ton article, je ne me rendais pas compte de l’ambiance qui y régnait. Je pensais aussi qu’on privilégiait l’entraide à la jalousie mais bon, je ne suis pas tant surprise que ça dans le fond…
    Je te fais des bisous ma belle ♡

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s